Crédit photo : Claire Sordet
Rencontre Avec

Claire Sordet

Styliste d’audace

À la fois styliste, scénographe et rédactrice, Claire Sordet nous livre son regard sur la façon dont le design et les arts de la table ont évolué, tant dans l’univers de la « presse déco » et « Life style » que dans la publicité. 
Au gré des scénographies qu’elle réalise pour la télévision, la publicité, les magazines et des grandes marques de mobilier, elle constate que le « Total look » ainsi qu’un style un peu « lissé » ont pris le pas sur une approche plus artistique du design. 

C’est en qualité d’artiste accomplie que l’on rencontre Claire Sordet. Cette « faiseuse d’images », parcourt le monde des idées, d’internet, des marchés aux puces de Saint-Ouen à Paris et autres lieux singuliers. En quête d’un fil rouge créatif sur lequel elle tire pour illuminer un objet, un meuble, une table bien dressée, et offrir une touche de magie.

Vers la fin de l’originalité ?

Alors qu’il y a quelques années elle proposait des idées décalées, elle déplore un univers créatif qui se standardise, offrant des images plus figées des mondes croisés que sont l’art de la table et du design.

Dans la presse spécialisée, notamment sur des sujets shopping et déco, il faut réussir à raconter des histoires pour interpeller le lecteur (…) Avant, j’avais carte blanche pour imaginer des mises en scène décalées. Aujourd’hui, les demandes consistent à recréer des atmosphères identifiables dans lesquelles les lecteurs peuvent se projeter facilement.

Claire Sordet
Crédits Photos : Claire Sordet

Shooting à la criée du Guilvinec

Ce symptôme est très visible dans la publicité et dans les catalogues de certaines marques, où les décors sont trop soignés. Alors, pour apporter une touche moins « classique » et contourner ces nouvelles contraintes, Claire Sordet intègre de plus en plus, soit une œuvre picturale, soit des sculptures à ses shooting photos, donnant aux espaces cette sensation d’être habités. Ainsi, les objets, les lieux et les volumes sont bien mis en valeur et cela crée des partis-pris très forts.

Pour la presse magazine et décorative, elle ira aussi jusqu’à mettre en scène du mobilier sur d’énormes monticules de terre ; ou encore à la criée du Guilvinec, donnant l’impression d’être à la frontière entre la photographie d’art et de mode. « J’ai eu l’idée de ce shooting en allant faire un tour à la criée. L’endroit m’a semblé parfait pour cette mise en scène. Pour moi, ces photos doivent faire rêver les gens et pas uniquement les faire se projeter dans des intérieurs qu’ils pourraient avoir… »

Crédits Photos : Claire Sordet

Des tables à la française… à contre-courant

Ce lissage des genres ne toucherait cependant pas la France et ses arts de la table selon Claire Sordet qui estime qu’on échappe aux clichés en faisant preuve d’innovation et d’audace. « On voit du « Bohème chic » ou du « Total look » un peu partout sur Instagram et Internet en général, avec des tables parfaitement dressées et des objets détournés de leur fonction d’origine comme des pots à confiture en guise de photophores… Tout semble formaté » déplore-t-elle.

Heureusement, des marques française comme Gien, La manufacture de Digoin ou Jars, sont à contre-courant de tout cela. « En France, je trouve magique le fait que l’on réussisse à redresser des manufactures historiques en réactualisant des objets des collections anciennes, en leur donnant un aspect à la fois chic, jeune et authentique. Je pense au cruchon jaune vif de la manufacture de Digoin ou encore à la faïence mate de Jars. C’est audacieux et ça fonctionne. »

Quand l’inspiration guide les tendances

La France est-elle audacieuse ? Oui, mais pas seulement. C’est aussi une histoire de goût et le signe d’un retour au patrimoine, qu’il soit familial ou historique. « Pendant des années, j’ai gardé sous mon lit l’argenterie héritée de ma grand-mère. Je n’y trouvais aucune utilité. Aujourd’hui, je la ressors et la mélange avec des assiettes contemporaines, ou du Sarah Lavoine, que je dispose sur des draps brodés – toujours ceux de ma grand-mère – transformés en nappes. »

Au-delà des goûts (et des couleurs) dont on dit qu’ils ne se discutent pas, il y a l’inspiration de personnages tels que Claire Sordet pour guider les tendances. « Si je devais résumer mes inspirations en un seul mot, je dirai « matière ». Lors de mes shootings, je veux que l’on puisse littéralement sentir avec le regard ce que les mains ne peuvent toucher et certains tissus comme le chanvre, le nid d’abeille, dont les reliefs accrochent la lumière, permettent cela ». Le regard de l’ancienne peintre en décor et diplômée des Arts en création textile a finalement parlé.

X
X

Osez un dîner d’exception

participer

Gagnez un séjour à Londres et remportez un dîner d’exception dans un lieu insolite.