Crédit photo : Bernardaud
Rencontre Avec

Frédéric Bernardaud

Les Etats d’art de la Maison Bernardaud

Depuis 2013, la Maison Bernardaud a fait appel à une douzaine d’artistes contemporains dont Jeff Koons, Marina Abramovic, Sarkis, India Mahdavi, Julio Le Parc, ou encore les Frères Campana. Si certaines grandes maisons collaborent de plus en plus avec des artistes de renom pour imaginer et créer des collections, Bernardaud a été précurseur.

La collaboration de la Maison Bernardaud avec les artistes contemporains ne date pas d’hier. Dès 1947, le porcelainier faisait appel à Kees Van Dongen (peintre français d’origine néerlandaise), donnant naissance ainsi à des éditions limitées aujourd’hui très recherchées.

À ce jour, ces co-créations forment l’essence même de cette Maison. « Collaborer avec de grands artistes, c’est être dans son époque pour répondre aux clients qui recherchent des objets qui le sont aussi », commente Frédéric Bernardaud, Membre du directoire en charge de la création et du marketing, et représentant de la cinquième génération de la famille au sein de la manufacture.

Crédit photo : Bernardaud

« Les artistes nous poussent à nous dépasser »

Solliciter les artistes, c’est bénéficier du regard et du talent des faiseurs de tendances. « Les artistes ne connaissent pas nos techniques de fabrication. En créant une forme, un décor, ils nous poussent à trouver des solutions techniques pour obtenir un effet, une texture presque inimaginable ; ils nous poussent à nous dépasser », explique Frédéric Bernardaud. Par exemple, la collection « Balloon Dog » de Jeff Koons à l’apparence fluo métallisé, représente un chien sculpté à partir d’un ballon.

Réalisée en porcelaine, la texture et les couleurs de ces pièces hors du commun ont nécessité deux années de travail aux équipes de la Manufacture.

Crédit photo : Bernardaud

Le défi, présent à chaque instant

Lorsqu’on y regarde de plus près, une évidence ressort : Bernardaud ne choisit jamais d’artistes dont les œuvres sont faciles à traduire et à réaliser en porcelaine. « Nous cherchons à révéler la façon dont les artistes vont répondre à une contrainte forte, une forme, une limite », poursuit le Directeur de la création.

Marina Abramovic commente son expérience d’artiste : « J’ai créé pour Bernardaud 2 services de table que j’appelle » Misfits  » parce qu’ils ne sont pas assortis. Chaque service est composé d’assiettes de tailles différentes et dont les formes et les motifs varient. Ces 2 services peuvent être réunis pour un dîner dépareillé en tête à tête. Un seul service peut convenir à un dîner en solitaire pour une personne. », explique-t-elle. Elle va même plus loin en y associant une vidéo qui explique sa démarche.

Crédit photo : Bernardaud

La porcelaine offre paix et éternité aux œuvres

Mais alors pourquoi la porcelaine attire-t-elle autant les artistes ? « La porcelaine est inaltérable ». L’histoire le prouve. « De la porcelaine intacte a été retrouvée au fond de vaisseaux naufragés du 17ème siècle qui allaient de la Chine vers l’Europe », précise Frédéric Bernardaud.

La porcelaine offrirait donc aux artistes la possibilité de réaliser le rêve sûrement secret de la plupart d’entre eux : celui de rendre leurs œuvres éternelles. « L’intérêt des artistes pour la porcelaine croît alors qu’ils découvrent le potentiel de ce matériau associé à notre capacité, en tant que porcelainier, à aller très loin dans l’innovation et la perfection », poursuit-il.

Crédit photo : Bernardaud

D’art, d’histoire et de Kintsugi

La mémoire et l’histoire ont d’ailleurs été utilisées par Sarkis, artiste contemporain. Dans le cadre de son travail avec le porcelainier, l’artiste turc d’origine arménienne a réalisé une collection d’assiettes en utilisant la technique du « Kintsugi », signifiant en japonais, « Jointures en or ».

A l’origine, cette technique du 16ème siècle consiste à réparer avec un mélange de laque et d’or les pièces fendues ou brisées. « La difficulté pour notre Maison, c’est d’être fidèle au projet de l’artiste pour recréer une couleur, une texture, un effet », raconte encore Frédéric Bernardaud.

De même, Julio Le Parc, artiste précurseur de l’art cinétique et de l’optical Art, propose une expérience sensorielle alliant lumière, énergie et mouvement, ou comment reproduire par la porcelaine la vibration des couleurs de l’artiste.

Crédit photo : Bernardaud

Près des artistes et du public

Pour aller plus loin et faire découvrir ce matériau au grand public, la Fondation d’entreprise Bernardaud, située à Limoges et créée en 2002, se donne pour mission de renouveler le regard porté sur la porcelaine, la réinventer, explorer de nouveaux territoires, et revaloriser les savoir-faire de ce métier, en exposant chaque année les œuvres d’artistes et designers internationaux.

Sur le même sujet

Lire l’article « Rencontre avec Hélène Huret, directice de la Fondation d’entreprise Bernardaud« 

X
X

Tentez de gagner 1 an de chef à domicile et plein d'autres cadeaux