Crédit photo : Degrenne
Rencontre Avec

Géraldine Hottier-Fayon

Présidente de Degrenne

Présidente de Degrenne depuis juillet 2019, Géraldine Hottier-Fayon est une touche-à-tout visionnaire. Convaincue de la pertinence de créer une « French Tech » des arts de la table, cette férue du savoir-faire à la française, et de partage de moments conviviaux, dresse pour nous le futur de Degrenne.

Géraldine, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Je viens à l’origine, du monde de la finance. J’ai travaillé en tant qu’auditeure chez Ernst & Young pendant quatre ans. Cela m’a permis de beaucoup voyager, notamment en Angola, et à Dallas au Texas, où j’ai vécu et travaillé plusieurs mois. Grâce à cette expérience passionnante, j’ai pu me confronter à des cultures différentes, et composé avec des enjeux industriels importants, avec une présence très ancrée sur le terrain.

En 2000, j’ai rejoint l’entreprise informatique LaCie, en tant que Directrice Financière de la filiale US, dans l’Oregon. Une région particulière, car très décomplexée et très créative dans ses industries et son approche du design. L’une de mes missions était de faire le lien entre la société mère, en France, et la filiale américaine. Ce fut une expérience extrêmement enrichissante, car tout était à faire.

Je suis rentrée en France en 2002, pour me rapprocher de ma famille, et j’ai pris en charge la Direction Financière Monde de LaCie, à Paris. J’étais très attachée à cette entreprise, et j’avais envie de poursuivre avec elle, sa belle histoire.

En 2013, LaCie a été vendue au Groupe informatique américain Seagate Technology. J’ai accompagné cette opération, avant de rejoindre à mon tour Seagate, en 2014.  Je suis partie en Californie avec mon époux et mes trois enfants, pour vivre et travailler à Cupertino, au cœur de la Silicon Valley. J’avais en effet très envie de revenir aux États-Unis, et d’offrir cette expérience internationale à mes enfants.

En 2019, je suis revenue en France et j’ai pris la Présidence de Degrenne. Un milieu professionnel très différent, mais davantage porteur de sens et de partage, valeurs auxquelles je tiens particulièrement.

Après l’informatique, les arts de la table, donc. Pourquoi étiez-vous si attirée par ce secteur ?

J’ai évoqué le partage, toutefois, la transmission, la famille, la gastronomie… sont aussi des valeurs très importantes pour moi, que je retrouve dans les arts de la table, et chez Degrenne en particulier.

Par ailleurs, l’univers de la fabrication m’intéresse. J’aime que les usines soient porteuses d’un savoir-faire « Made in France ». Les usines avec lesquelles nous travaillons conçoivent de beaux objets, pérennes, et racontent une très belle histoire depuis 71 ans. J’ai envie de contribuer à ouvrir cette histoire sur le monde.

Crédit photo : Degrenne

Quels sont vos partis pris et vos ambitions pour l’avenir de Degrenne ?

Degrenne connaît une perte de vitesse depuis trop longtemps, ma priorité dans un premier temps est de redresser la barre et d’atteindre l’équilibre. Cela passe par un discours transparent, empreint de vérité, envers nos équipes, nos fournisseurs et nos clients, mais aussi par certains automatismes de bon sens et un retour aux fondamentaux.

Degrenne bénéficie historiquement d’une très belle image de marque, ancrée dans le quotidien et l’émotion. Notre mission est de ressusciter cette image, et de la faire vivre, en accord avec notre positionnement premium, et notre volonté de proposer l’offre la plus qualitative possible. Nous sommes assez légitimes pour faire preuve d’audace et de créativité, en France et à l’international.

Crédit photo : @sarahlexploratrice / Degrenne

Comment voyez-vous le « nouveau » Degrenne ?

Je le vois ancré dans la création de beaux objets et de belles collections. Nous avons notamment une superbe collection de porcelaine de Limoges, la collection « L » , qui se distingue par son élégance et sa puissance combinatoire. En effet, elle peut être présente sur tous les styles de tables, se combiner avec toutes les pièces, et toutes les couleurs. C’est d’ailleurs ce qui fait la singularité des pièces Degrenne. Quel que soit son envie, son budget, on peut avoir un coup de cœur pour une assiette et exprimer sa personnalité en la mélangeant avec d’autres pièces, plus classiques ou plus audacieuses.

Nous allons aussi être présents sur plusieurs événements internationaux, à l’avenir. Pour montrer notre savoir-faire d’abord, et pour s’inspirer, ouvrir le champ des possibles, ensuite. Dans cette optique, nous travaillons main dans la main avec Vorwek, notre partenaire allemand, pour qui nous créons les bols du Thermomix ®. Nous sommes capables de fabriquer un million de bols en inox par an pour eux, et nous comptons continuer à capitaliser sur cette expertise et cette exigence, pour de futurs projets.

Enfin, nous voulons poursuivre la création d’un maillage entre nos différents points de vente, Internet et physique, pour offrir à nos clients une véritable expérience d’achat, et aller plus loin dans le service. Très prochainement, nos produits seront d’ailleurs présents dans les boutiques Thermomix ®, en Allemagne.

Crédit photo : Degrenne

Quelles sont les sources d’inspiration de Degrenne, dans la création de ses collections ?

Notre fil directeur est la qualité, notamment avec les pièces blanches et l’inox, qui sont au cœur de notre savoir-faire. Nous n’avons pas peur d’innover, tout en renouant avec cet héritage fort.

Le partage, est encore une fois, une valeur que nous gardons en tête dans la conception de l’ensemble de nos produits. Le premier service, le premier dîner, la table de Noël… La priorité pour nous est d’accompagner les moments de partage, de vie, en famille et entre amis.

Cette notion de partage passe aussi par l’accompagnement des professionnels. Nous sommes aujourd’hui la marque la plus référencée, auprès des chefs étoilés. Ceux-ci ne sont pas juste des cuisiniers, ce sont des artistes. Notre mission est de les accompagner dans leur démarche créative. Que ce soit en cuisine ou en salle, nous nous attachons à comprendre leurs besoins, pour leur proposer des produits qui leur ressemblent. Quand la cocotte Degrenne a été créée, il n’était pas seulement question de servir le plat chaud. Il fallait aussi qu’en enlevant le couvercle, les saveurs s’exhalent, et offrent une expérience surprenante, qui parle aux sens, et dévoile le talent du chef cuisinier.

 

Crédit photo : Degrenne

Enfin, que pouvez-vous nous confier sur les collections à venir ?

La modularité est un thème qui va être très prégnant dans nos prochaines collections, et que nous retrouvons dans notre collection « L’Économe By Starck », qui a reçu un très bon accueil. Nous souhaitons aussi continuer à développer nos produits iconiques, à l’image de la théière « Salam », que nous allons revisiter au fil des saisons. Une chose est sûre, la porcelaine et l’inox se parleront encore !

 

 

Crédit photo : Degrenne
X
X

Tentez de gagner 1 an de chef à domicile et plein d'autres cadeaux