Crédit photo : Intramuros magazine
Rencontre Avec

Guillaume Delvigne, Designer

Étoile montante du design français, le designer Guillaume Delvigne multiplie les collaborations tant avec les maisons d’édition que l’industrie, la grande distribution, le luxe ou encore les arts de la table. Il a notamment signé pour Cristal de Sèvres une ligne de bar empreinte de modernité et d’audace.

Crédit photo : collection « Horizon » de Guillaume Delvigne pour Cristal de Sèvres (Alain Gelberger)

Lignes épurées, courbes précises, justesse des formes, jeux de contrastes… Le designer Guillaume Delvigne impose son style en douceur à l’image de la collection « Horizon » créée pour Cristal de Sèvres. Une ligne de bar résolument contemporaine qui insuffle un peu d’audace à l’une des plus anciennes cristalleries de France. Un coup de maître pour ce jeune designer formé sur les bancs de l’École de Design de Nantes et au Politecnico di Milano puis dans l’agence de George J. Sowden, cofondateur du mouvement « Memphis ». Il est depuis à la tête de son propre studio et a inauguré sa première exposition personnelle à la ToolsGalerie et remporté le Grand Prix de la Création de la Ville de Paris.

Parlez-nous de votre parcours, comment votre vocation de designer est-elle née ?

 Enfant, je dessinais tout le temps, mais plutôt que de raconter des histoires, je dessinais ce qu’il y avait autour de moi, des chaussures, des voitures… Le marqueur pour moi a été la sortie de la Twingo, ce n’était pas juste une voiture, il y avait une histoire de designer derrière. À partir de là, je n’avais qu’une idée en tête : faire une école de design. Je suis donc entré à l’École de Design de Nantes, puis j’ai décidé de partir à Milan, parce que pour moi l’Italie a une histoire très forte en matière de design.

Crédit photo : collection « Horizon » de Guillaume Delvigne pour Cristal de Sèvres (Alain Gelberger)

Comment s’est déroulée votre collaboration avec Cristal de Sèvres ?

Hélène Triboulet, la Directrice artistique de Cristal de Sèvres, m’a chargé d’imaginer une ligne de bar composée de onze verres, d’une carafe et d’un seau à glace. C’était une belle expérience parce que Cristal de Sèvres m’a laissé relativement libre alors que la verrerie est un domaine très codifié. Chaque verre doit en effet permettre une dégustation optimale des boissons qui lui sont dédiées. J’ai donc voulu créer le même pied robuste en forme de galette pour chacune des pièces, son minimalisme apporte un souffle contemporain à la collection.

Quel terrain de jeu représente les arts de la table lorsque l’on est designer ?

Tout dépend des objets. Il y a un canevas très strict à respecter pour les couverts ou pour les verres, où tout est très calibré. C’est cela qui est justement intéressant, trouver le juste milieu entre liberté et respect des objets. En tant que designer, on aime bien avoir un cahier des charges, quelque chose d’assez cadré, c’est un exercice que j’aime. Les arts de la table sont un terrain de jeu formidable pour flirter avec les contraintes. Lorsqu’on travaille pour une marque comme Cristal de Sèvres, il faut aussi savoir jongler avec son ADN et sa personnalité, tout en la révélant et en lui apportant un autre regard. C’est toute la force d’une collaboration réussie, quand les esprits de la marque et du designer se mélangent pour ne faire qu’un, et sublimer l’objet.

Comment définiriez-vous votre style en matière d’art de la table ?

Dans les grandes lignes, je définirais mon style comme quelque chose d’assez simple, mais pas minimaliste. Disons qu’il y a toujours une certaine souplesse dans mes lignes, mais qu’elles restent très pures. Par ailleurs, mon style mêle plusieurs influences, il y a une part qui vient de personnes avec lesquelles j’ai travaillé ou que j’ai admirées, même si c’est aujourd’hui digéré, mais on retrouve ce côté latin qui vient d’Italie, tout comme la culture anglo-saxonne qui peut être un peu plus froide. Finalement, être français, c’est être à la croisée de tout cela, et c’est aussi assez générationnel. Les plus jeunes par exemple ont tendance à revenir à une forme de radicalité.

Crédit photo : collection « Picardie » par Duralex

À quoi ressemble la table idéale pour vous  et quels sont vos coups de cœur en matière de tabling ?

Je prête très attention à cela, mais je ne suis pas traditionnel dans mon approche, je mixe beaucoup les choses, et je privilégie juste le plaisir du bel objet. Je peux composer une table avec des choses très populaires comme un verre Duralex, ou encore des pièces plus artisanales, comme des céramiques peintes à la main rapportées du Portugal. J’aime beaucoup aussi les bocaux en verre Weck. Pour moi c’est un bel objet de design, qui plus est durable, que je n’hésite pas à mettre sur la table, je m’en sers de verrine. J’aime bien des choses très pures comme un verre transparent très simple. Les verres « Gigogne » et « Picardie » de Duralex me fascinent par leur simplicité. Leur dessin est si parfait qu’il est devenu intemporel. Ils transmettent quelque chose qui relève de l’imaginaire et sont devenus iconiques. On aimerait tous avoir dans sa carrière un objet comme ça, c’est le rêve de tout designer. Et plus récemment, je trouve que les collections de couteaux « Intempora » et « Les forgés » dessinés par les Big Game pour Opinel sont une très belle réussite.

Crédit photo : collection « Les Forgés » par Big Game pour Opinel

 

 

X
X

Nouveaux verres,
nouvelle vaisselle,
nouveaux couverts...

Ré-enchantez votre table
à l'occasion des fêtes
de fin d'année !

Rendez-vous dans le magasin
le plus proche de chez vous !